Internet ou la révolution du partage

Rédigé par Aurélien Aucun commentaire
Internet ou la révolution du partage

Je partage avec toi ce documentaire de Philippe Borrel, « Internet ou la révolution du partage » disponible sur arte.tv (mais aussi YouTube car je ne sais pas combien de temps il va rester disponible au visionnage). Ce documentaire confronte deux philosophies très différentes : celle du libre et celle de la propriété intellectuelle. Je t’explique dans cet article ce que j’ai retenue.

Les quatre principes fondamentaux

Voici la liste des quatre principes fondamentaux qui définit le logiciel libre.

  • Liberté 0 : La liberté d’exécuter le programme comme tu le souhaites.
  • Liberté 1 : La liberté d’étudier le fonctionnement du programme (ce qui implique d'avoir accès aux codes sources).
  • Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies.
  • Liberté 3 : La liberté d’améliorer le programme et de publier ses améliorations (la liberté 1 est donc obligatoirement nécessaire).

Libre ne veut pas dire gratuit

Ce n’est pas parce qu’un logiciel (ou autre) est libre qu’il est gratuit. D’ailleurs la licence GPL autorise de vendre des copies de logiciels libres. Cette confusion vient du fait que «free» en anglais à une double signification pour nous francophone : «gratuit» et «libre».

Le logiciel privateur est un plat cuisiné

J’ai beaucoup aimé cette comparaison de Pierre-Yves Gosset (président de Framasoft) qui compare le logiciel propriétaire, privateur, à un plat préparé que tu peux trouver en grande surface où il n’y plus qu’à le mettre au micro-onde et le manger. Contrairement au logiciel libre où tu apprends à cuisiner ton plat. Il faut comprendre que le logiciel propriétaire, tu l’installes et ça fonctionne tandis que le logicielle libre il faut l’adapter mais surtout tu peux l’adapter à tes besoins.

Faut-il appliqué la propriété intellectuel dans le domaine de la santé et de l’agriculture ?

Je te laisse faire ta propre opinion sur le sujet. Le documentaire prend pour exemple un stimulateur cardiaque qui équipe une patiente, cette patiente se demande comment fonctionne son pacemaker car le logiciel qui est à l’intérieur (donc dans son corps) c’est lui qui le maintien en vie. Elle laisse donc sa vie entre les mains d’une entreprise qui a développé un logiciel pour pacemaker dont les sources sont fermés et dont elle n'a aucun contrôle.

Autre exemple, l’insuline pour les diabétiques est protégé par la propriété intellectuelle. Aux Etats-Unis trois groupes pharmaceutiques contrôle la quasi-totalité du marché et font grimper les prix comme ils le souhaite. Ce qui a des graves conséquences sur la vie humaine.

Dernière exemple, cette fois sur les prothèses robotisées qui quand elles sont libres sont bien plus performantes que quand elles sont sous la propriété intellectuelle.

Dans le domaine agricole, un exploitant est-il obligé d’acheter les graines de Monsanto car ils ont déposé un brevet sur ces graines ? Sa moissonneuse John Deere est en panne mais il doit payer un abonnement de 11.000$ pour la faire réparer car le logiciel qui équipe la moissonneuse à son code source fermé. Et bien entendu John Deere ne fournit plus de manuel d’exploitation de ses machines pour les réparer soit même.

La propriété intellectuelle ralentit-elle l’innovation ?

C'est une question intéressante qui demande réflexion. Le documentaire n’aborde pas trop cette question. Une petite recherche sur l'Internet montre des avis très différents sur le sujet et je ne suis pas d'accord avec tout ce qu j'ai pu lire. Je vais essayer de dénicher un petit quelque chose,et pourquoi pas faire un article sur le blog. En attendant si tu as des idées de réponses n'hésitez pas à les partager!

Conclusion

J’aimerai conclure un peu comme dans le documentaire avec cette question : Est-ce que la société civile à l’aide du libre peut-elle être plus « performante » qu’une entreprise ? Tu l’aura compris je ne vais pas répondre à cette question car je n’ai pas envie d’influencer ta pensé et tu es libre de penser ce que tu veux. Personnellement, ce visionnage m'a permis d'apprendre pas mal de choses sur la notion du libre et de propriété intellectuelle dans le domaine de l'agriculture et de la santé, mais qui je pense s’applique à beaucoup d'autres domaines. Et puis j'aime bien Richard Stallman!

J’ai essayé dans cet article d’être un maximum neutre (pas facile surtout quand tu as une idée assez tranchée de la question). J’aimerai juste terminer par quelque chose qui me semble important : n’oublie surtout pas d’avoir un sens critique ! ;)

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot kttqyk ?

Fil RSS des commentaires de cet article